Category Archives: francia irodalom

La Marseillaise

 

La Marseillaise
Allons enfants de la Patrie,
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la tyrannie,
L’étendard sanglant est levé, (bis)
Entendez-vous dans les campagnes
Mugir ces féroces soldats ?
Ils viennent jusque dans vos bras
Égorger vos fils, vos compagnes !

Refrain :
Aux armes, citoyens,
Formez vos bataillons,
Marchons, marchons !
Qu’un sang impur
Abreuve nos sillons !

Amour sacré de la Patrie,
Conduis, soutiens nos bras vengeurs
Liberté, Liberté chérie,
Combats avec tes défenseurs ! (bis)
Sous nos drapeaux que la victoire
Accoure à tes mâles accents,
Que tes ennemis expirants
Voient ton triomphe et notre gloire !

Refrain

Tremblez, tyrans et vous perfides
L’opprobre de tous les partis,
Tremblez ! vos projets parricides
Vont enfin recevoir leurs prix ! (bis)
Tout est soldat pour vous combattre,
S’ils tombent, nos jeunes héros,
La terre en produit de nouveaux,
Contre vous tout prêts à se battre !

Refrain

 

Vocabulaire
la patrie – haza
la gloire – dicsőség (vö. glória)
la tyrannie – zsarnokság
un étendard – zászló (választékos!)
sanglant,-e – véres
la campagne – vidék
mugir – bőgni (ökör)
féroce – vad, kegyetlen
le soldat – katona
égorger – elvágja a torkát; gyilkolni
la compagne – társ (nő)
aux armes – fegyverbe
un citoyen – állampolgár; polgártárs
le bataillon – zászlóalj
marcher – menetelni
le sang – vér
impur,-e – tisztátalan
abreuver – öntözni
le sillon – barázda

sacré,-e – szent
conduire – vezetni
soutenir – tartani, támogatni
vengeur, vengeresse – bosszúálló
la liberté – szabadság
chéri,-e – drága, szeretett
combattre – harcolni
le défenseur – védő
le drapeau – zászló
la victoire – győzelem
accourir – eljönni, odasietni
mâle – férfias, erélyes
un accent – hang
un ennemi – ellenség
expirer – meghalni
le triomphe – diadal

trembler – remegni, reszketni
le tyran – zsarnok
perfide – szószegő, álnok, áruló
un opprobre – szégyen, gyalázat
le parti – párt; elhatározás
le projet – terv
parricide – apa- vagy anyagyilkosság
recevoir – megkapni
le prix – jutalom, büntetés
tomber – elesni
un héros – hős
produire – teremni, termelni, létrehozni
de nouveaux – újból
prêt à – kész arra, hogy
se battre – viaskodni, küzdeni

A propos du temps…

Az alábbiakban gyakori francia szólásokat találhatsz az idővel (időjárással, naptárral) kapcsolatosan.

La météo…

Il pleut à seaux. – Úgy zuhog, mintha dézsából öntenék. (le seau= vödör)

être mouillé/trempé jusqu’aux os – bőrig ázni

Il fait un brouillard à couper au couteau. – Vágni lehet a ködöt.

Il fait un vent à décorner les boeufs. – Akkora szél van, hogy majd elviszi az embert. (la corne=szarv)

C’est difficile à prononcer!

Néhány közismert francia nyelvtörő…

Les chaussettes de l’archiduchesse sont-elles sèches?
Archi-sèches!

Dans ta tente ta tante t’attend.

Si ton tonton tond ton tonton,
ton tonton sera tondu par ton tonton.

tondre – nyírni (p.p.: tondu)

Si six scies scient six cyprès,
six cent six scies scient six cent six cyprès.

la scie – fűrész
scier – fűrészelni
le cyprès [szipre] – ciprusfa

George Sand

George Sand est le pseudonyme d’Amantine Aurore Lucile Dupin, romancière et femme de lettres française, plus tard baronne Dudevant, née à Paris le 1er juillet 1804 et morte à Nohant le 8 juin 1876.

Elle a écrit des romans, des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre, une autobiographie, des critiques littéraires, des textes politiques.

Elle a fait scandale par sa vie amoureuse agitée, par sa tenue vestimentaire masculine, dont elle a lancé la mode, par son pseudonyme masculin, qu’elle adopte dès 1829, et dont elle lance aussi la mode : après elle, Marie d’Agoult signe ses écrits Daniel Stern (1841-1845), Delphine de Girardin prend le pseudonyme de Charles de Launay en 1843.

Malgré de nombreux détracteurs comme Charles Baudelaire ou Jules Barbey d’Aurevilly , George Sand était au centre de la vie intellectuelle de son époque, accueillant à Nohant-Vic ou à Palaiseau : Liszt, Marie d’Agoult, Balzac, Flaubert, Delacroix, et Victor Hugo, conseillant les uns, encourageant les autres.

Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas

Les Trois Mousquetaires est un roman d’Alexandre Dumas, initialement publié en feuilleton dans le journal Le Siècle de mars à juillet 1844. Il a été édité en volume dès 1844.

Le roman raconte les aventures d’un Gascon désargenté de 18 ans, d’Artagnan, monté à Paris faire carrière afin de devenir mousquetaire. Il se lie d’amitié avec Athos, Porthos et Aramis, mousquetaires du roi Louis XIII. Ces quatre hommes vont s’opposer au premier ministre, le cardinal de Richelieu et à ses agents, dont le comte de Rochefort et la belle et mystérieuse Milady de Winter, pour sauver l’honneur de la reine de France Anne d’Autriche.

Avec ses nombreux combats et ses rebondissements romanesques, Les Trois mousquetaires est l’exemple type du roman de cape et d’épée et le succès du roman a été tel que Dumas l’a adapté lui-même au théâtre, et a repris les quatre héros dans deux autres romans Vingt ans après (1845) et Le Vicomte de Bragelonne (1847-1850) pour former la trilogie des mousquetaires.

Toujours très populaire, ce roman a fait l’objet de très nombreuses adaptions au cinéma et à la télévision.

Oeuvres de Jules Verne 3.

Vingt mille lieues sous les mers (1869)

Nautilus

Dans ce roman, le scientifique français Pierre Aronnax, son fidèle domestique Conseil et le harponneur canadien Ned Land sont capturés par le capitaine Nemo qui navigue dans les océans du globe à bord du sous-marin Nautilus. L’aventure donne l’occasion de descriptions épiques (dont un enterrement sous-marin, un combat contre des poulpes géants, etc.).

Œuvre d’anticipation, Vingt mille lieues sous les mers comporte plusieurs épisodes qui témoignent de l’imagination de son auteur :

Oeuvres de Jules Verne 2.

Les Enfants du capitaine Grant (1868)

L’action commence en 1864. Alors que Lord et Lady Glenarvan font une excursion à bord de leur yacht, l’équipage pêche un requin dans le ventre duquel on découvre une bouteille qui contient un message en mauvais état, de la part d’un dénommé capitaine Grant et de deux de ses compagnons naufragés.

Le jeune couple monte une expédition pour tenter de retrouver les survivants avec l’aide du commandant John Mangles, un jeune capitaine dévoué et de son second Tom Austin, un vieux loup de mer.

Oeuvres de Jules Verne 1.

Quatre-vingts jours autour du monde (1873)

L’histoire se passe en 1872. Phileas Fogg, un Anglais excentrique et flegmatique, décide de prouver qu’il peut faire le tour du monde en 80 jours. Il engage un pari insensé pour l’époque : faire le tour du monde en quatre-vingts jours. Le voyage est plein de surprises. Le détective anglais Fix, persuadé que Fogg est un vulgaire cambrioleur qui fuit la justice, tentera tout pour retarder Phileas et son fidèle Passepartout. Les deux hommes rencontrent une jeune femme indienne aussi, qu’ils sauvent de la mort …  De Londres à Shanghaï, en passant par les États-Unis, la course nous entraîne à toute allure pour un tour du monde qui n’a rien de touristique… C’est un grand roman d’aventures et une description du monde à la fin du siècle dernier.

Facebook

Get the Facebook Likebox Slider Pro for WordPress

Ezen oldal böngészésével elfogadod a cookie-k használatát. Több infó

Az Uniós törvények értelmében fel kell hívnunk a figyelmét arra, hogy ez a weboldal ún. "cookie"-kat vagy "sütiket" használ. A sütik apró, tökéletesen veszélytelen fájlok, amelyeket a weboldal helyez el az Ön számítógépén, hogy minél egyszerűbbé tegye az Ön számára a böngészést. A sütiket letilthatja a böngészője beállításaiban. Amennyiben ezt nem teszi meg, illetve ha az "Engedélyezem" feliratú gombra kattint, azzal elfogadja a sütik használatát.

Bezárom